GIBRALTAR.

Publié le par pierre escaillas

    

     Qui est donc ce Phelps Morane dont Robert Guyon* me fait parvenir la copie d'un recueil poétique intitulé "Départs et Escales" et publié en 1939 ?.
Emmanuel Pollaud-Dulian* me dit que Morane a publié deux autres ouvages : "Sybil" en 1931 et "Poèmes Sataniques" en 1936. Nous n'en savons pas plus. Les recherches sur le "net" ne donnent rien et, dans sa préface à l'ouvrage, André Fontainas ne nous apprend rien sur l'auteur sinon qu'il passait ses hivers à Nice ...
Peut-être y aura t-il, parmi les lecteurs de ce blog, une personne qui pourra nous en dire plus.
 



                                                                                                                  

                                                              


Mais embarquons pour ce voyage qui va mener Phelps Morane vers l'Amérique du Sud puis la mer Caraïbe et enfin New-York d'où il reprendra un transatlantique pour la France. Et franchissons les colonnes d'Hercule ... 





LES PILIERS D'HERCULE


Le jour va se lever mais il fait nuit.
Comme des yeux
inquiets, tremblent partout des feux
multicolores.
Des vaisseaux apparaissent gris.
Les tourelles
sont comme des sauterelles
accroupies.
Le Détroit dort,
impassible entre ses deux berges.
Tous les torpilleurs émergent
un à un de la sourde et moite nuit.

De longs canons braqués vers la mer.
Les rochers
dans le froid du matin gris fer
surgissent des eaux qui palissent.
Un roc énorme, Gibraltar,
sort du brouillard.

Le roc, l'acier,
les longs canons,
les projecteurs toujours braqués
sur les avions,
inlassables oiseaux
qui tournent au-dessus de tous les bateaux,
sans cesse, en rond,
certains très bas, certains très haut.

Ici l'Europe, ici l'Afrique,
ici la Méditerranée
petite, fermée, surannée.
Là l'Océan.
Le vent
encor froid vient des Amériques.
De très loin, d'un tout autre monde
où tout abonde.
Partons dans le vent.
Tout se découvre,
le vert océan
devant nous s'ouvre.

Là-bas le nouveau, ici le très vieux.
Europe, adieu ! 


                          Phelps Morane.



*R. Guyon
: Echos du bastingage : les bateaux de Blaise Cendrars. Ed. Apogée

*E. Pollaud-Dulian : Les Excentriques
                               Gus Boffa.com     
                               (voir les liens dans ce blog) 

Publié dans PHELPS MORANE

Commenter cet article