ODE MARITIME

Publié le par pierre escaillas


 
     Fernando Pessoa et son Ode Maritime : il y a si longtemps que M. Paul Petrogalli m'avait conseillé, dans un commentaire, d'en publier des extraits !
Il n'est jamais trop tard et je commence aujourd'hui...


Toute la vie maritime !  Tout dans la vie maritime !
Dans mon sang s'insinue cette séduction subtile
Et je rêve de voyages sur un mode indéterminé.
Ah !  Les lignes de côtes lointaines, aplaties par l'horizon !
Ah ! Les caps, les îles, les plages sablonneuses !
Les solitudes maritimes, comme certains moments dans le Pacifique
Où, par l'effet de je ne sais quelle suggestion apprise à l'école,
On sent passer sur les nerfs le fait que c'est là le plus grand des Océans,
Et le monde, et la saveur des choses deviennent un désert 
     au-dedans de nous !
L'étendue plus humaine, plus éclaboussée, de l'Atlantique !
L'Indien, de tous les océans le plus mystérieux !
O Méditerranée, douce, sans aucun mystère, classique, ô mer
Bonne à lécher des esplanades regardées par des statues blanches
     en des jardins proches !


Toutes les mers, tous les détroits, toutes les baies, tous les golfes,
Je voudrais les presser sur mon sein, les bien sentir, et mourir !

Fernando Pessoa.
Ode Maritime.
Traduction Armand Guibert
Editions Fata Morgana.

Et aussi : "Les Carnets de la Licorne" : http://lalicorne.canalblog.com/

 

Publié dans F. PESSOA

Commenter cet article

passeur de nuage 12/03/2010 17:37


ce texte est magnifique, si tu as vu le spectacle de claude régy regarde sur mon blog j'en ai fait une interprétation en bande dessinée.


pierre escaillas 21/03/2010 15:33


Avec un peu de retard...
Je n'ai pas vu le spectacle de Claude Regy (dans la traduction Touatti dont il est parlé plus haut) et je le regrette.
Par contre j'ai pu apprécier le "Passeur de Nuage" et je recommande vivement au lecteur d'aller y faire un tour ! Bravo.
P.E.


pierre escaillas 14/01/2010 08:22



Je ne connais pas cette traduction Touati mais je vais voir si je la trouve. Merci.
Il en va de même pour la traduction L. Fabulet de W. Whitman : elle manque de lyrisme et le vocabulaire paraît pauvre et si peu maritime.


P. Escaillas.



lalo 12/01/2010 05:53


je préfère la traduction de Dominique Touati, beaucoup plus empreinte de lyrisme façon Heredia.
Mais votre blog est très élégant.
Merci