PAYS CHAUDS.

Publié le par pierre escaillas

      Louis Chadourne est à Cayenne qu'il appelle "la colonie honteuse". Il y mène une enquête-reportage à la Albert Londres qui n'a pas encore écrit son ouvrage sur le bagne.

 

 

PAYS CHAUDS

      Le docteur m'emmène dans son auto, par l'unique route de la colonie, jusqu'au village où il va voir un malade.
( .  .  .  .  .  . )
      Le village est enfoui dans des feuillages étouffants et si denses que le jour les traverse à peine, au creux d'une colline boisée. Les cases sont faites d'un toit en zinc ou de feuilles de waza posées sur quatre piquets; quelques unes ont des parois de lianes tressées; des ustensiles et des meubles baroques voisinent avec un ananas, un régime de bananes, une calebasse remplie de farine de manioc. Une misère paresseuse croupit dans l'air lourd, chargé de trop de senteurs, dans cette ombre qui sent l'herbe mouillée, sonore de moustiques. Ce ciel nuageux d'où tombent tour à tour une accablante lumière et un déluge de pluie tiède, féconde terriblement le sol.

Louis Chadourne. Le Pot au Noir, Ed. La Table Ronde. 

 


 

Et toujours : http://lalicorne.canalblog.com/

 


 

Publié dans L. CHADOURNE

Commenter cet article