LE PAQUEBOT

Publié le par pierre escaillas


              Nous sommes au début des années 20. Louis Chadourne embarque pour les Antilles. Dans sa préface au "Pot au Noir"*, Michel Peyramaure l'imagine accoudé au bastingage et murmurant ces quelques vers :

Qu'il est doux, dans un bar poli
Fleurant le rhum et la vanille
De naviguer vers les Antilles...

*Le Pot au Noir, Ed. de La Table Ronde (La Petite Vermillon)
Préface de Michel Peyramaure.

LE PAQUEBOT

   Le paquebot est amarré à quai. Ses flancs goudronnés se dressent comme des falaises. Ses bordages sont laqués de blanc, les cheminées de rouge.
   Un paquebot est beaucoup plus accueillant qu'un express. Un express siffle, crache et vous claque la portière au visage ; c'est une personne emportée et rageuse ; il n'aime pas les voyageurs. Le paquebot, lui, a tout son temps ; il n'est ni à une heure, ni même à un jour près. Il sait que la route sera longue, que lorsqu'il aura lentement, en bonne baleine docile, viré de bord sur le large, il lui faudra y aller de son effort, sans répit, sans arrêt, de longs jours à travers les plaines salées, à travers la solitude de la mer...

Louis Chadourne.



Et toujours :  http://lalicorne.canalblog.com/

 


 

 

Publié dans L. CHADOURNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

François Matton 27/10/2009 12:39


Cette aquarelle est vraiment splendide. Le dessin d'une incroyable délicatesse.