THALASSA

Publié le par pierre escaillas


   Valery Larbaud-Barnabooth poursuit son voyage : le temps n'est pas très clément et l'horizon oscille dans le hublot...



THALASSA.

Couché sur le divan au fond de la cabine
( Bercé comme une poupée au bras d'une fillette folle
Par le tangage et le roulis - gros temps ),
J'ai sur l'âme un cercle lumineux : le hublot
Comme une vitrine de boutique où l'on vendrait la mer;
.........

O Homère! O Virgile!
O Corpus Poeticum Boreale! c'est dans vos pages
Qu'il faut chercher les vérités éternelles
De la mer,....
...................
Et les féeries de la mer, et l'histoire des vagues,
Et le printemps marin, et l'automne marin
Et l'accalmie qui fait une route plate et verte
Au char de Neptune et aux cortèges des Néréides.

Valery Larbaud. Poésies de A.O. Barnabooth.
                                                               ___________

Et toujours "Les carnets de la Licorne" sur : http://lalicorne.canalblog.com/

Publié dans V.LARBAUD

Commenter cet article