DEBARCADERES ET JULES SUPERVIELLE

Publié le par pierre escaillas

   Je vous avais prévenus : nouvelle traversée houleuse, avec Jules Supervielle cette fois et probablement entre l'Europe et Montevideo, où il est né. Ce poème est extrait de son recueil... Débarcadères. J'aurais quand même pu avoir la politesse de le citer en premier. Pardon, Jules.
                                                                          Pierre. 

Comme un boeuf bavant au labour
le navire s'enfonce dans l'eau pénible
la vague palpe durement la proue de fer,
éprouve sa force, s'accroche, puis
déchirée,
s'écarte;
à l'arrière la blessure blanche et bruissante,
déchiquetée par les hélices,
s'étire multipliée
et se referme au loin dans le désert houleux
où l'horizon allonge
ses fines, fines lèvres de sphinx.
.   .  .
                    J. Supervielle
                    extrait de Débarcadères

Rendez-vous : Les Carnets de la Licorne    http://lalicorne.canalblog.com/

 

 

 

 

 

 

Publié dans J.SUPERVIELLE

Commenter cet article