RETOUR DU CATHAI PAR LES MESSAGERIES MARITIMES

Publié le par pierre escaillas

 

Repu d'opium et de thé, P.-J. Toulet prend le chemin du retour. Parenthèse : ceci me rappelle la chanson du marin corse, retour du Cathai lui aussi, mais repu de riz :

Depuis que vers la Corse je fais route

Vois-tu, la terre jaune me dégoûte

Leur sale nourriture de riz bouilli

Ne vaut pas la polenta du pays.

Refrain, tous en choeur :

Tes yeux noirs qui me fichent la frousse

Tes dents blanches comme la mousse

Ton accent qui chavire les coeurs

Aie pitié de ton navigateur

La prochaine fois, je vous chanterai La Boudeuse...

Oui bon, revenons vers notre ami Toulet. A mon avis, ce jour là, il n'avait pas bu que du thé et peut-être avait-il un peu trop tiré sur le bambou :


Vous qui retournez du Cathai

Par les Messageries

Quand vous berçaient à leurs féeries

L'opium ou le thé,

Dans un palais d'aventurine

Où se mourait le jour

Avez-vous vu Boudroulboudour,

Princesse de Chine,

Plus blanche en son pantalon noir

Que nacre sous l'écaille ?

Au clair de lune, Jean Chicaille,

Vous est-il venu voir,

En pleurant comme l'asphodèle

Aux îles d'Ouac-Wac,

Et jurer de coudre en un sac

Son épouse infidèle,

Mais telle qu'à travers le vent

Des mers sur le rivage

S'envole et brille un paon sauvage

Dans le soleil levant ?

                   P.-J. Toulet.


R.d.V sur : http://lalicorne.canalblog.com

___________

Publié dans P.J TOULET

Commenter cet article