VOGUER

Publié le par pierre escaillas

     

Walt Whitman et Un chant de joies : il n'y a pas meilleure incitation à larguer les amarres...

Oh partir en mer sur un navire !
Laisser cette intolérable terre ferme,
Laisser la fatigante uniformité des rues, des trottoirs et des maisons,
T
laisser, ô toi ferme terre immobile, et monter sur un navire,
Pour voguer
Et voguer
Et voguer !   

                                               W.Whitman.
                                                  Feuilles d'herbe.
                                                            Trad: Louis Fabulet.

_____________________

Et toujours : http://lalicorne.canalblog.com/

 


 

Publié dans WALT WHITMAN

Commenter cet article

thouvenel yves 29/08/2010 23:19



Bonjour, je vous invite simplement à lire le petit poème de Robert Desnos "La Sardine" qu'il écrivit en pleine occupation allemande : où il serait si simple de se baigner à Royan , de nager droit
devant soi et de rejoindre le pays de l'auteur de "Salut au monde "...et d'y trouver le salut . Puis-je ajouter qu'à cette période le parler à double sens était bien sùr courant mais en
plus sous la plume d'un poète tel que Desnos ,y a t'il un doute sur ce pied de nez à la censure ?